L’aïkido est un budo fondé entre 1930 et 1960 par Morihei Ueshiba, officiellement reconnu par le gouvernement japonais en 1940, basé sur les fondements philosophiques et religieux des écoles d’arts martiaux bien plus anciennes.
L’aïkido est ainsi né de la rencontre entre ces techniques martiales et d’une réflexion métaphysique de Maître Ueshiba sur le sens de la pratique martiale.

L’aïkido se compose de techniques à mains nues avec un ou plusieurs adversaires, armés ou non; de techniques au sabre, ou au bâton ainsi que de techniques de concentration, et de respiration.

Toutes les techniques visent au contrôle de l’adversaire, l’amenant à une chute et/ou une immobilisation. Il s’agit de canaliser le mouvement, la vitesse et la force de l’adversaire, de les utiliser sans entrer en opposition avec eux.
Si comme au judo, le pratiquant d’aïkido utilise des techniques de projection et d’immobilisation pour déséquilibrer et maîtriser son adversaire, il peut également accompagner ses mouvements d’une série d’atémis, c’est-à-dire de coups de poing et de pied portés, comme au karaté, en des endroits vitaux du corps.
Mais contrairement au judo et au karaté qui constituent des disciplines sportives, soumises à des règles très strictes, l’aïkido est un art martial dont la pratique exclut toute idée de compétition